Prime au retour proposée par Macron : pour quel usage ?

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

 Allons-nous être payés pour faire passer nos anciens téléphones, tablettes ou encore ordinateurs portables au recyclage ? C’est là une des idées proposées par le (déjà) président Macron, dans sa campagne de réélection.


Comme nous l’indiquions récemment dans notre article sur l’engagement des candidats à la présidentielle pour la durabilité des produits, notre président a été sévèrement noté par l’association HOP. Avec un très mauvais 4,8/20, l’accent a été mis par l’association, ainsi que par des mouvements écologistes, sur l’absence de solutions proposées par Emmanuel Macron pour ce qui concerne l’environnement.

Pire, Greenpeace a mis en avant les résultats catastrophiques du quinquennat actuel en matière d’environnement, et des conséquences à venir des décisions prises durant celui-ci.


Aussi, cela n’est sans doute pas étranger au fait que notre président a inclus dans son programme cette notion de « prime au retour ». D’après l’Ademe, ce serait entre 54 et 110 millions de téléphones inutilisés qui traîneraient au fond de nos tiroirs, et cela sans compter également les ordinateurs portables ainsi que les tablettes tactiles. Ces dernières, dont le taux d’équipement des ménages français est passé de 4 % en 2011 à 56 % en 2020, vont forcément dans les années à venir être une source importante de produits électroniques à recycler, en sus des smartphones.


C’est ainsi pléthore de matériels qui pourraient être utilisés pour récupérer matières premières et métaux rares, permettant de réduire d’autant notre empreinte écologique. Et également de diminuer notre dépendance aux pays exportateurs de ces typologies de produits, avec en sus un coût environnemental non négligeable concernant les transports. Dépendance dont nous pouvons voir aujourd’hui l’importance, avec nombre de secteurs impactés par la guerre en Ukraine, ou liée à la crise sanitaire de la Covid, avec (notamment) des composants électroniques en forte pénurie.


Cette prime au retour, même si ses montants et modalités n’ont pas été abordés, pourrait alors permettre aux très nombreux possesseurs d’appareils inutilisés de les réintroduire dans le circuit économique, avec un réel bénéfice écologique.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A lire aussi