Smartphones reconditionnés : la DGCCRF monte au créneau

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
DGCCRF produits reconditionnés

Smartphones reconditionnés : la DGCCRF a mené l'enquête

Alors que nous vous parlions la semaine dernière d’une définition devenue légale du terme reconditionné, la DGCCRF a procédé à de nombreux contrôles de vendeurs de smartphones et tablettes reconditionnés.


Pour rappel, un produit reconditionné se doit désormais d’avoir subi un panel exhaustif de tests permettant de s’assurer que l’ensemble de ses fonctionnalités sont pleinement utilisables. 


Effectués durant ces deux dernières années, les tests ont été réalisés auprès de plus de 80 revendeurs physique et en ligne. Le résultat est sans appel, puisque plus de 60% des contrôles ont mis en exergue des anomalies, d’importance variable.

L’enquête de la DGCCRF a également mis en avant des informations insuffisantes quant à l’état des produits, souvent uniquement mis en avant sous leur forme extérieure. Au rang desquels sont utilisées notamment des expressions comme “bon état” ou “très bon état”, se référant uniquement à l’aspect esthétique. L’obtention d’une définition légale du terme reconditionné va permettre, si elle est respectée en pratique, de pouvoir avoir plus de confiance dans les produits ainsi vendus.


Un manque d’informations a également été relevé concernant l’application des garanties légales, qui se trouvait être inexacte, absente voire trompeuse. Cela étant notamment le cas pour la garantie légale de conformité, qui couvre durant 2 ans les biens neufs comme d’occasion. Pour rappel, cette garantie est légale, gratuite et obligatoire, alors qu’une garantie commerciale peut être proposée de manière payante, mais facultative.


Au final, la DGCCRF a pu adresser 27 injonctions administratives et 26 avertissements. Le but étant au final d’apporter le plus d’informations possibles aux consommateurs sur les produits proposés à la vente. L’occasion de rappeler que le site SignalConso est à la disposition des consommateurs afin de régler les litiges amiables avec les vendeurs en cas de souci.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A lire aussi