Tout savoir sur l’indice de réparabilité !

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
Guide complet sur l'indice de réparabilité

Obligatoire pour certaines catégories de produits depuis le 1er janvier 2021, l’indice de réparabilité reste aujourd’hui très méconnu du grand public. Malgré sa présence sur les fiches produits lors d’un achat, peu de consommateurs savent comment il est calculé, et s’il est possible de réellement s’y fier. Aussi, nous allons vous en dire plus sur ces deux points, afin d’éclairer vos choix.

L’indice de réparabilité : définition et méthode de calcul

Avant de voir la méthode de calcul de l’indice de réparabilité, voyons déjà à quoi cette notion correspond. Si son affichage n’est mis en pratique de manière obligatoire que depuis le début de l’année 2021, celui-ci a été voté début 2020 dans la loi de lutte contre le gaspillage. Il vise à donner aux consommateurs une vision nouvelle lors de l’acte de l’achat, en prenant en compte la possibilité théorique de pouvoir réparer son produit. Et ainsi orienter son choix vers un produit qui pourrait alors avoir une durée de vie plus longue. 

 

Cinq catégories de produits électroniques ou d’électroménager sont concernées :

– lave-linge à hublot

– smartphones

– ordinateurs portables

– téléviseurs

– tondeuses à gazon électriques

 

Conscient de l’importance de la possibilité de réparation afin de lutter contre le gaspillage des appareils électroniques, très gourmands en matériaux rares pour leur fabrication, il est prévu que chaque année 5 nouveaux types de produits soient ajoutés. De quoi alimenter notamment le circuit des smartphones reconditionnés proposés sur le marché.

 

Durant l’année 2022, cela concernera d’ailleurs les catégories suivantes : 

– lave-linge à chargement par le dessus

– aspirateurs

– lave-vaisselles

– tablettes tactiles

– nettoyeurs haute-pression

 

Pour l’instant, les appareils qui seront concernés à partir du 1er janvier 2023 ne sont pas encore connus.

 

Assez logiquement, ce sont l’ensemble des revendeurs qui sont soumis à son affichage, qu’il s’agisse de boutiques physiques ou de magasins en ligne. Détail intéressant, la loi prévoit que l’affichage de l’indice de réparabilité doit être fait avec une police au moins aussi grande que celle du prix, afin d’éviter les affichages d’une taille vraiment petite.

Par ailleurs, afin de faciliter la lecture des étiquettes, le résultat doit être en couleur, allant du vert au rouge, avec des couleurs intermédiaires : vert clair, jaune, orange.

Quelle est la méthode de calcul de l’indice de réparabilité ?

Afin d’obtenir le résultat final, qui est une note sur 10, cinq grandes catégories sont prises en compte pour le calculer :

  • la mise à disposition gratuite de la documentation technique
  • la facilité de réparation, incluant la typologie d’outils à utiliser
  • la durée de mise à disposition des pièces détachées
  • le rapport entre le prix des pièces détachées et le prix du produit
  • des critères spécifiques liés à la catégorie du produit

 

Chaque catégorie peut posséder des sous-catégories, ayant chacune un coefficient de pondération. Par exemple, pour la mise à disposition des pièces détachées, entrent en ligne de compte la durée pendant laquelle celles-ci pourront être achetées, ainsi que le délai de livraison.

Exemples de notations pour les ordinateurs portables

Si la note affichée publiquement est sur 10, il faut savoir qu’il s’agit en fait d’une note sur 100, ramenée ensuite sur 10. Cela étant valable pour toutes les typologies de produits concernées par la notation.

Si l’on prend celle des ordinateurs portables, on peut se rendre compte qu’il y a globalement deux durées clés prises en compte pour les éléments liés à la disponibilité des pièces et informations sur la réparabilité. La première est une durée de 5 ans, en dessous de laquelle la note est simplement et systématiquement de 0 pour de nombreux critères. La seconde est de 7 ans, qui est la durée minimale pour avoir le plus de points. Les autres critères, comme les besoins en outils ou la facilité à avoir accès aux pièces, ont une moindre importance.

 

De quoi a priori pouvoir avoir accès aux pièces permettant de réparer son ordinateur portable durant une période assez longue.

Quelles sont les limites du système et les interrogations à venir ?

Si le but de lutter contre l’obsolescence programmée et d’éviter le gaspillage des ressources, ce système présente certaines limites. 

La principale limite qui peut sauter aux yeux vient de la façon dont l’information est sourcée. A savoir, des constructeurs eux-mêmes. S’il n’aurait pas été possible en effet de mettre en place un service officiel gérant ces informations, cela peut présenter un biais pour la légitimité des renseignements donnés.

Pour autant, l’État a pris cela en compte, et il sera possible de faire remonter des constatations qui iraient à l’opposé des informations fournies par les constructeurs. Cela sera possible via le site de l’Agence de la transition écologique

Et si les consommateurs pourront être au cœur de cette remontée d’informations, un site Internet bien connu sera certainement de la partie. A savoir l’équipe d’iFixit, qui propose de nombreuses ressources autour de conseils sur la longévité des produits, la fourniture de manuels d’utilisation, et de vidéos de démontage/réparation de différents types de produits.

Par ailleurs, il est prévu qu’en 2024 un point soit fait sur le système, et que soit mis en place un second indice : l’indice de durabilité. Celui-ci n’aura pas d’obligation légale (en tous cas cela n’est pas prévu actuellement, mais servira de source d’information sur la fiabilité des produits. La question se posant alors des sources qui seront utilisées, car il semble a priori peu probable que l’ensemble des marques soient ouvertes à fournir leurs taux de SAV si facilement.

Il sera donc nécessaire d’attendre quelques années afin de voir si le déclaratif des constructeurs se retrouvera en pratique. Les pièces de réparation indiquées disponibles dans plus de 5 ans, et à un tarif déjà indiqué aujourd’hui (non en numéraire mais en pourcentage du prix de vente de l’appareil neuf), le seront-elles bien après cette période ?

 

Crédit photo.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A lire aussi