Indice de réparabilité : quel bilan un an après sa mise en place ?

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email
Bilan association hop sur indice réparabilité

L'association HOP fait le point un an après sur l’indice de réparabilité

L’association HOP a dévoilé récemment son bilan sur l’indice de réparabilité (en anglais), un peu plus d’un an après son entrée en vigueur.

 

Cet état des lieux fait suite à une enquête menée pendant plus de six mois par l’association. Son but étant de voir si dans l’état actuel des choses, cet indice répond aux attentes concernant la lutte contre l’obsolescence programmée. Il s’agit également, dans ce but, de voir si les consommateurs sont correctement informés au travers des informations données.

 

En effet, l’indice de réparabilité étant calculé par les fabricants eux-mêmes, HOP insiste sur la nécessité d’un contrôle indépendant des informations fournies. Cela afin d’assurer aux consommateurs une objectivité sur les résultats donnés, et éviter une concurrence déloyale entre les différentes marques.

 

Pour ce faire, l’association a interrogé à la fois des professionnels de la réparation et des consommateurs, afin d’avoir un panel le plus large possible. Concernant ces derniers, une majorité (55%) a connaissance de l’indice. Et fait plus intéressant, les trois quarts des personnes ayant réalisé un achat de matériel concerné par l’indice, ont indiqué l’avoir trouvé utile pour leur achat !

 

HOP note toutefois des points nettement améliorables. Avec notamment un manque d’affichage relevé concernant les ordinateurs portables, là où l’affichage pour smartphones est bien plus présent. Cela n’est pas sans surprise par ailleurs, les ordinateurs portables présentant des milliers de références différentes, là où les constructeurs de smartphones ne proposent tout au plus que quelques dizaines de modèles différents. 

 

Second point posant souci : les matériels présentant un score très bas (inférieur à 4) sont à la marge, laissant penser que la grande majorité des produits sont facilement réparables. En pratique, le souci vient surtout de la grille de notation qui n’est pas assez stricte, et ne met pas assez en avant les différences notables de difficultés de réparation entre les produits.

 

Une transparence insuffisante et un besoin de contrôles officiels

Le point largement mis en avant dans les défauts de la grille telle qu’elle se présente aujourd’hui aux consommateurs, est le manque de transparence. En effet, pour la grande majorité des grilles fournies, les constructeurs ne donnent pas le détail de leurs calculs. Avec une simple grille de synthèse des principaux critères et donc incomplète, il est parfois difficile de se rendre compte des difficultés que peut représenter un appareil lorsqu’il est défectueux. HOP demande donc la création d’un site officiel regroupant l’ensemble des notations disponibles sur le marché, avec leur grille détaillée, et de contrôles officiels pour vérifier les informations fournies. Avec pour effet souhaité une meilleure compréhension des (mauvaises) notes de certains critères, et leurs répercussions pratiques. 

 

Pour mettre en lumière ses propos, l’association a réalisé un test sur 6 produits (3 smartphones, 2 ordinateurs et 1 téléviseur) et comparé ses résultats avec ceux donnés par les fabricants. Pour 5 des 6 tests, le résultat est moins bon que celui qu’annoncé, avec en moyenne une note inférieure de 15%, pointant notamment une mauvaise disponibilité de pièces. Il est également nécessaire de mettre en place une pondération des critères. Car si par exemple les pièces sont disponibles et à prix attractif, mais que l’appareil n’est pas démontable (pièces collées voire soudées) ou très difficilement, cela représente peu d’intérêt

 

Finalement, ce ne sont pas moins de 4 systèmes de notation alternatifs que l’association HOP propose au gouvernement, afin d’avoir plus de pertinence dans les critères utilisés et augmenter la fiabilité de l’indice de réparabilité.

Facebook
Twitter
LinkedIn
Email

Une réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A lire aussi